Un livre qui donne à réfléchir…

Le handicap Cause politique

de Pierre-Yves Baudot et Emmanuelle Fillion PUF 31/03/2021


« Le handicap est politique » D’emblée, le ton est donné. Pourquoi le handicap est-il politique ? Parce qu’il détermine les chances de la personne handicapée dans la société et parce que le débat politique ne peut être que concerné par l’accès à l’emploi, au logement, à la culture, aux loisirs, à la santé, à la justice, et à la réponse à donner à toute discrimination dans ces domaines et bien d’autres.
Pour comprendre la complexité du problème, il faut faire un peu d’histoire. La France, à la différence d’autres pays, a confié à la charité le soin de s’occuper des personnes handicapées, ce qui a conduit à une pratique d’assistance, le handicap étant cantonné dans le social, loin des préoccupations des politiques. C’est pourquoi, se sont développées en France – et c’est une spécificité française – des associations de parents qui ont pris le problème en main.  Le positionnement de ces associations a visé la protection. Les associations se sont donc transformées en gestionnaires d’établissements sous la tutelle de l’Etat qui, de ce fait, s’est désengagé. Les lois de 1975 et2005 ont fait évoluer cet état de fait mais n’ont pas gommé le côté « politique sociale » des gouvernements dans ce domaine. Ce n’est qu’au début des années 2000 que la France a commencé à mobiliser le monde politique, et encore, à une toute petite échelle.
Ce qui freine la politisation du handicap :
Le secteur associatif veut maintenant ne plus se cantonner au soin ou au social mais avoir une influence sur le politique. Cependant, le politique qui détient le financement fait peser son pouvoir qui entrave la volonté de participation des associations.
La structure du monde associatif qui s’est organisé le plus souvent par groupe de déficiences reflète l’immense hétérogénéité dans le champ du handicap, ce qui est une entrave à la cohérence du discours et des actions.
Enfin, l’ambiguïté demeure entre revendications pour la personne handicapée et revendications pour le personnel du médico-social. Les différences de formulation qui en émanent ne permettent pas un discours politique commun et unifié.
Et pourtant « le handicap n’est pas une cause sectorisée, mais une politique transversale qui recouvre aussi bien transports, aménagement du territoire, emploi, santé, éducation, culture, vie politique, économie, justice ». 
Cet ouvrage explore différentes questions ou objets où le handicap se révèle comme cause politique.
Quelques passages ont particulièrement retenu notre attention car ils ne sont pas étrangers aux soucis qui sont les nôtres, parents d’enfants handicapés :
Ainsi, le mot d’ordre de la société inclusive qui rencontre, de prime abord l’assentiment de tous, ne désigne rien de précis et peut donner naissance à des politiques très différentes. L’inclusion s’adresse-t-elle à tous les types et degrés de sévérités de handicaps ou uniquement aux personnes handicapées les plus facilement éducables et employables ? Désigne-t-elle une transformation en profondeur des pratiques… permettant une participation pleine et entière à la vie de la cité, ou soutient-elle le développement d’emplois précaires de services d’aides à la personne, sans remise en question de l’engagement de la collectivité ?
Quant à la désinstitutionnalisation dont on parle tant, elle n’a pas eu lieu en France, ce que l’ONU a déploré récemment dans son rapport du 14/09/2021. On oppose souvent inclusion et institution. Les établissements sont incités à accompagner les personnes handicapées en milieu ordinaire, comme le proposent les IME hors-les-murs qui scolarisent des enfants handicapés dans des écoles… Des habitats dits partagés ou inclusifs proposent… des alternatives à l’hébergement en institution via des logements adaptés en ville. Mais ces initiatives peinent à échapper à leur statut d’innovations singulières et à trouver des financements pérennes.
L’accessibilité fait également l’objet dans cet ouvrage d’un article très approfondi écrit par Myriam Winance intitulé : L’accessibilité, une question d’accès ou de vivre ensemble ? Cet article fait d’abord l’historique de l’accessibilité en France puis s’interroge sur l’enjeu politique de l’accessibilité qui « a changé de statut. Posée d’abord comme un problème pratique, elle devient un enjeu de politique… Il aborde ensuite les notions de « conception universelle », c’est-à-dire une accessibilité « à tout pour tous » tout en en soulignant les limites. « La production des capacités à agir est déléguée aux objets techniques. … C’est la technologie seule qui, par son design, rend capable et permet à la personne d’agir elle aussi seule. Or l’autonomie n’est pas une propriété liée à l’objet technique, mais elle résulte de la manière dont, au quotidien, les personnes utilisent un ensemble de ressources, techniques et humaines, et arrangent et définissent les relations qui les lient à ces ressources. »
Et pour finir, un article sur ce que le néolibéralisme a créé comme inégalités dans le système australien a de quoi nous faire réfléchir aussi.
D’autres sujets sont abordés : les inégalités, le vote, le handicap au tribunal.
Cet ouvrage soulève beaucoup de questions fondamentales et nous invite à aller beaucoup plus loin dans notre réflexion sur l’avenir du handicap en France.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s