La communication n’est pas la conformité

 

 

Pour communiquer, nous utilisons d’abord les outils que notre propre corps nous offre. Puis nous apprenons à parler en écoutant et nous restituons ce qu’on entend puis ce qui nous est utile. Nous le comprenons très vite, en témoigne le « non » qui apparaît très vite dans notre langage. Peu à peu, nous développons cette liberté de choix qui nous permet de nous faire comprendre et d’influer sur notre environnement en fonction de nos désirs. Çà, c’est pour monsieur-ou-madame-tout-le-monde.

Pour ceux auxquels le corps ou l’esprit ont refusé ce cadeau gratuit, cette aptitude qui n’a pas de prix, est apparu le concept de « Communication améliorée et alternative » : la célèbre CAA dont on parle beaucoup dans le monde du handicap et qui tente de donner une voix à ceux qui n’on ont pas.

L’article qui suit est paru dans le blog : AAC to the core (Augmentative and Alternative Communication). Il a été écrit par Kristen Ponce le 8 mai 2018.

Il incite à la réflexion : ne risquons-nous pas parfois de confondre apprentissage et communication ? Quand nous enseignons, quand nous initions une communication alternative (pictogrammes, images, gestes, logiciels de communication) à notre enfant, nous nous invitons l’élève ou notre enfant à se conformer à des règles, qu’elles soient lexicales, syntaxiques ou sociales. Nous offrons des outils mais l’élève ou notre enfant ne communique pas encore.

Voici l’article en français, puis la version initiale en anglais.

 

La communication n’est pas la conformité

En tant qu’orthophoniste, vous devez planifier des activités animées qui enseignent différents concepts linguistiques. C’est une excellente stratégie lorsque vous enseignez effectivement des concepts linguistiques. Vous pouvez très facilement faire beaucoup d’activités amusantes pour enseigner les attributs, les contraires, les mots descriptifs, les pronoms, et les prépositions. Les activités guidées sont votre façon d’enseigner les concepts linguistiques.

Mais il faut faire une distinction entre les concepts linguistiques et la communication.

 L’apprentissage de ces concepts linguistiques est une activité.

 La communication n’est pas seulement une activité.

 Lorsqu’on apprend à un enfant à utiliser un appareil de CAA, il est souvent  » plus facile  » d’enseigner l’activité elle-même. Vous pouvez créer une activité qui se concentre sur tous ces concepts linguistiques beaucoup plus facilement que vous ne pouvez créer un « moment de communication ». Surtout lorsque vous travaillez avec des enfants dont le langage et la communication présentent des retards importants. Vous oubliez que vous devez enseigner à la fois la langue et la communication. Vous oubliez que vous devez leur apprendre à s’ exprimer, à faire des commentaires à leurs pairs et à se défendre eux-mêmes, en plus d’enseigner le sens de tous les concepts linguistiques.

Il est plus facile de créer des activités qui intègrent des compétences linguistiques croissantes. Il est plus facile d’enseigner et de mesurer les progrès en fonction du nombre de mots qu’un enfant met ensemble et du nombre de mots descriptifs qu’il utilise. Vous pouvez utiliser une variété de puzzles différents ou des tâches simples et augmenter la longueur des phrases en passant de « Je veux la voiture » à « Je veux la voiture bleue ». Mais si vous faites tout cela dans le cadre d’une activité dans le seul but d’enseigner les couleurs, d’ augmenter la longueur des phrases, ce n’est pas enseigner la communication : c’est s’attendre à ce qu’elle s’y conforme.

 

Vous apprenez à un enfant à se conformer à une activité tout en augmentant la durée de ses phrases. Celles-ci sont conformes à votre demande. Mais l’enfant communique-il ?

Non.

 

La conformité n’est pas de la communication.

 La communication n’est pas fondée sur l’activité.

 La communication, c’est du partage.

 La conformité n’est pas du partage.

 

Pensez à un enfant d’âge préscolaire verbal typique. S’ils faisaient un puzzle de voiture, ils te diraient des choses comme : « Ma mère a une voiture rouge. » « J’aime monter dans la voiture de mon père. » C’est beaucoup plus significatif que « Je veux la voiture bleue ».

Est-ce que cela signifie qu’il est erroné d’enseigner des choses comme demander et augmenter la durée des phrases ? Pas toujours. Vous devez enseigner à demander : c’est l’une des compétences fondamentales de la communication ; et vous devez enseigner comment utiliser des mots descriptifs. Mais ne restez pas bloqué à ce niveau. Les enfants ont bien plus à dire que « Je veux la voiture bleue ».

Ma solution n’est pas très conventionnelle et ce n’est pas facile pour beaucoup de gens. Il faut être capable d’enseigner dans le moment présent, de reconnaître le moment propice à l’apprentissage et de s’y engouffrer !

Je ne planifie jamais ma thérapie de CAA. Je laisse l’enfant choisir l’activité ou je le rejoins dans ce qu’il fait et j’intègre la communication dans ce qui se passe déjà.

Pendant trop longtemps, j’ai essayé d’intéresser les élèves à une activité qui ne les intéressait pas. J’enseignais la conformité à une activité, pas la communication.

 

Pensez à ceci : Je déteste les maths et je suis nulle en maths. Si quelqu’un venait me voir et voulait parler de mathématiques, je ne serais pas du tout intéressé ou n’aurais rien à contribuer à la conversation. Je resterais là poliment (conformité), mais je n’aurais rien à dire (communication). C’est la même chose pour nos enfants. Pourquoi communiquer sur quelque chose qui ne vous intéresse pas ?

Comment reconnaître un moment propice à l’apprentissage et façonner ce moment ? Tout d’abord, il faut bien connaître ses élèves. Vous devez connaître leur niveau de compétence et vous devez être capable de faciliter une fonction communicative à leur niveau linguistique.

A quoi ça ressemble ?

J’ai un élève qui adore étiqueter ses camarades de classe. Un jour, j’étais dans la salle de classe et il était assis à la table à étiqueter ses camarades de classe pendant qu’ils jouaient à Pop up Pirate. Jouer avec des amis est l’occasion parfaite pour développer ce langage social et cette communication. J’ai donc suivi son exemple en nommant ses camarades de classe et je l’ai transformé en quelque chose de plus significatif. Il a appris à dire des choses comme « ____ est mon ami » ; « je joue avec ____ » ; entre autres commentaires sociaux appropriés, y compris diriger les actions de ses pairs. J’aurais pu lui faire dire : « Je veux l’épée rouge. » Mais il sait déjà comment demander et il sait déjà utiliser une grande variété de mots descriptifs. Ce qu’il ne sait pas encore faire, c’est avoir une conversation typique et dire ce qu’il fait comme tout autre enfant d’âge préscolaire en développement. Même si « Mon ami est ____ » ne semble pas beaucoup, c’est un tremplin vers une communication encore plus spontanée.

 

May, 8, 2018 By Kristen PONCE (blog AAC to the core Augmentative and Alternative Communication)

.Communication is not Compliance

As an SLP, you have to plan facilitated activities that teach different language concepts. That is a great strategy when you are indeed teaching language concepts. You can very easily make lots of fun activities for teaching attributes, opposites, descriptive words, pronouns, and positional words. Guided activities are how you teach language concepts.

But a distinction has to be made between language concepts and communication.

Learning those language concepts is an activity.

Communication is not just an activity.

When teaching a child to use an AAC device, it’s often “easier” to teach to an activity. You can create an activity that focuses on all those language concepts much easier than you can create a “communicative moment.” Especially when you are working with children with significant delays in both language and communication. You forget. You forget you have to teach both the language and communication. You forget you have to teach them to initiate, to comment to their peers, and to advocate for themselves in addition to teaching the meaning of all of those other language concepts.

Creating activities that incorporate increasing language skills are easier. It’s easier to teach and to measure progress based on the number of words a child puts together and how many descriptive words a student is using. You can use a variety of different puzzles or simple completion tasks and increase sentence length by moving from “I want car” to “I want the blue car.” But if you are doing all of that within an activity with the purpose of just teaching colors to increasing sentence length, that’s not teaching communication: its expecting compliance.

You’re teaching a child to comply to an activity while increasing their sentence length. They are complying to your demand. But are they communicating?

No.

Compliance is not communication.

Communication is not activity based.

Communication is about sharing.

Compliance is not sharing.

Think about a typical verbal preschooler. If they were doing a car puzzle they would probably be telling you things like, “My mom has a red car.” “I like to ride in my dad’s car.” That is much more meaningful communication than “I want the blue car.”

Does that mean that teaching things like requesting and increasing sentence length is wrong? Not always. You do have to teach requesting: it’s one of the foundational skills of communication; and you do have to teach how to use descriptive words. But don’t get stuck at that level. Kids have far more to say than “I want the blue car.”

My solution to this is not very conventional and it’s not easy for a lot of people. It requires you to be able to teach in the moment and to recognize a “teachable” moment and run with it!

I don’t ever plan my AAC therapy. I let the child choose the activity or I join them in whatever they are doing and I build the communication into what is already happening.

For too long, I tried to make students interested in an activity that they were not interested in. I was teaching compliance to an activity, not communication.

Think about this: I hate math and I am terrible at it. If someone came up to me and wanted to talk about math, I would not at all be interested or have anything to contribute to the conversation. I would stand there politely (compliance), but I wouldn’t have anything to say (communication). It’s the same way for our kids. Why communicate about something that you are not interested in?

How do you recognize a teachable moment and shape that moment? Well, first of all you have to know your students well. You have to know their skill level and you have to be able to facilitate a communicative function at their language level.

What does this look like?

I have a student who loves to label his classmates. One day, I was in the classroom and he was sitting at the table labeling classmates while they were playing Pop up Pirate. Playing with friends is the perfect opportunity for building in that social language/communication. So, I followed his lead of naming his classmates and molded it into something more meaningful. He learned to say things like, “____ is my friend”; “I am playing with ____”; among other appropriate social comments including directing the actions of his peer. I could have had him say, “I want the red sword.” But he already knows how to request and he already knows how to use a wide variety of descriptive words. What he does not yet know how to do is have a typical conversation and state what he is doing like any other typically developing preschooler.

juin 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s